Posté sur

Aménagement du trou Vogliano

BY: admin / 0 COMMENTS / CATEGORY: Non classé

Le Trou Vogliano est une petite gravière d’environ 1 ha située sur la commune de Pont d’Ain. Ce plan d’eau a la particularité d’avoir des eaux turbides qui rendent la pêche plus facile que sur le Lac de Longeville et le lac Concours situés juste à côté.

C’est pourquoi la Fédération de Pêche de l’Ain et l’Association des Pêcheurs à la Ligne de l’Ain (PLA), l’AAPPMA gestionnaire, ont souhaité aménager le Trou Vogliano pour l’accueil des familles et pour l’initiation des enfants d’autant plus que le plan d’eau est très poissonneux, en particulier pour les carpes.

Cependant l’accès au Trou Vogliano était compliqué voire dangereux en raison des berges abruptes et instables, d’une profondeur importante dès les bordures, jusqu’à 4 m., et des accès difficiles. Le risque de chute était donc important et ne permettait pas une pratique de la pêche en sécurité pour tous.

De plus, une plante invasive : la Renouée du Japon a envahi la rive Est ce qui a induit une fermeture des accès ainsi qu’une érosion des berges du plan d’eau.

Les travaux ont donc consisté à rouvrir les accès, sécuriser les berges, favoriser la pratique de la pêche, contenir une station de Renouée du Japon et reconquérir la biodiversité naturelle des abords des plans d’eau.

 

Le trou Vogliano avant travaux

 

  • Débroussaillage et abattages :

 

Afin de permettre l’accès au site et la réalisation des travaux le débroussaillage de la zone a été réalisé. Les arbres dans l’emprise des travaux ont été abattus et les souches situées sur les berges à retaluter ont été arrachées.

Les arbres et souches les plus intéressants ont été sélectionnés et mis de côté pour être disposés dans la rivière d’Ain afin de créer des caches piscicoles sur les zones pauvres en abris. Cette opération sera réalisée en concertation avec le SR3A.

 

Travaux d’abattages

 

 

 

  • Gestion de la Renouée du Japon :

 

Cette plante invasive à la particularité de se développer sur tous types de terrain avec une préférence pour les terrains vierges et remaniés par l’homme (gravats, enrochements, etc.).

Il s’agit donc d’une plante pionnière à croissance rapide qui en plus diffuse une substance toxique pour les autres plantes. Si l’on ajoute que ses rhizomes peuvent être ancrés à plusieurs mètres de profondeur et qu’un fragment de sa tige ou de ses rhizomes a la capacité de bouturer, on comprend qu’il est très difficile de l’éradiquer lorsqu’elle est installée.

Partant de ce constat et qu’il fallait réaliser des travaux lourds sur la zone de 1300 m2 envahie par la Renouée du Japon toutes les précautions ont dû être prises pour ne pas disperser la plante.

 

Les objectifs ont consisté à :

  • Contenir la plante et empêcher son expansion,
  • Ouvrir les accès,
  • Permettre le retour de la biodiversité naturelle,
  • Réduire le massif de Renouée à 900 m2.

Les travaux ont consisté à faucher la plante puis à terrasser la zone colonisée en ouvrant l’accès principal côté voie ferrée tout en sécurisant le cheminement qui comportait des variations de niveau importantes et qui était encombré.

La pente finale est d’environ 10 % sachant que le terrain a été décaissé sur une profondeur variant de 3,50 m. en pied de berge à 0,60 m. en haut de berge. Cette opération a permis de décaper la terre contaminée par la Renouée. Ces produits ont ensuite été déposés sur une surface située à proximité immédiate où la Renouée est déjà présente en grande densité. Il n’y a donc ni colonisation d’une zone non impactée ni transport.

Une fois la terre décapée, un géotextile de type Bidim avec la superposition de 2 épaisseurs, soit 600 g/m2, a été mis en place. Puis de la terre végétale non contaminée par la Renouée du Japon a été remblayée par-dessus sur une épaisseur d’environ 30 cm.

 

Pose du Bidim sur la terre décaissée et revouvrement par de la terre végétale saine

 

Une plantation d’arbustes typiques du secteur, Cornouiller, Fusain, Bourdaine, Viorne, Prunelier, Noisetier, etc. ont ensuite été plantés.

Ces travaux vont permettre de ralentir la repousse de la Renouée mais surtout de la concurrencer en installant un couvert végétal dense. Cette dernière supporte en effet assez mal l’ombrage et la concurrence, en particulier lors de ses premiers stades de développement.

Des arraches manuels et une surveillance régulière permettront d’empêcher la repousse de la Renouée sur les surfaces travaillées.

 

Renouée du Japon

 

Accès fermé par la Renouée du Japon en hiver… imaginez en été !

 

 

 

  • Retalutage des berges :

 

Il a été décidé de ne pas travailler sur les berges au Nord et à l‘Ouest étant donné que les principaux accès se situent sur les berges au Sud et à l’Est.

Au vu de la verticalité des berges sur ce secteur, les merlons présents en haut de berge ont été arasés avant de retaluter les berges en pente très douces et régulière.

Lorsque les berges étaient abruptes, leur valeur écologique était faible car le haut de berge était déconnecté de la ligne d’eau.

Les travaux de retalutage permettent donc une reconnexion des berges avec le milieu aquatique. Ces zones de transition terrestre/aquatique constituent des interfaces abritant une faune et une flore riche et diversifiée. C’est ainsi que des espèces peu présentes comme les grenouilles sont maintenant régulièrement observées.

La biodiversité sur les berges du trou Vogliano et de ses environs est ainsi favorisée avec une richesse écologique importante et un milieu désormais attractif pour la faune et la flore inféodées aux milieux humides.

Les pelles mécaniques ont travaillé depuis le niveau d’eau jusqu’à atteindre un recul du haut de berge d’environ 10 m. en pente douce sur environ 100 ml soit 1/3 du pourtour du plan d’eau. Le restant de ce dernier restant boisé avec ses berges intouchées.

 

Retalutage des berges avant / après

 

Les matériaux terrassés, environ 2400 m3, sont sains et ont été utilisés soit pour recouvrir le géotextile sur la zone à Renouée soit pour gérer les accès motorisés.

Un ensemencement des surfaces retalutées, à base d’un mélange grainier, a été réalisé au moins de mars afin de végétaliser la zone.

Enfin, la pointe qui avançait dans le plan d’eau a été arasée afin de gagner de la superficie en eau. Il s’agit néanmoins du seul secteur avec une pente douce s’étendant vers le large. Etant donné qu’elle est désormais immergée l’eau s’y réchauffera plus rapidement. Ainsi la reproduction des poissons et le grossissement des juvéniles seront possibles ce qui n’est pas le cas sur le reste du plan d’eau où les profondeurs sont rapidement importantes.

 

 

 

  • Gestion des accès :

 

Sur le secteur de Pont d’Ain, les dépôts sauvages de déchets et encombrants sont récurrents. Les abords du trou Vogliano n’échappent pas à cette problématique.

Afin d’empêcher l’accès aux véhicules déchargeant des déchets, les deux accès côté Nord et Ouest ont été réservés aux piétons par la mise en place de merlons de terre qui empêchent l’accès aux véhicules. Les merlons ont été fixés avec des plantations d’arbustes.

 

  • Création de parking :

 

Afin de permettre aux pêcheurs et aux usagers du site de se garer, 3 parkings ont été aménagés au droit des surfaces retalutées.

 

  • Mobilier :

 

Dans l’objectif d’améliorer l’accueil des familles et permettre aux pêcheurs et usagers de pique-niquer et de profiter du site, 3 tables avec bancs en bois ont été placées à proximité des parkings.

Un panneau informatif avec une description des travaux et des poissons présents dans le trou Vogliano sera prochainement installé au niveau du parking principal.

 

Vue sur le plan d’eau avec les tables

 

 

  • Empoissonnement :

 

Le plan d’eau est empoissonné chaque année avec 100 kg de truites à l’ouverture de mars puis 200 kg de carpes, tanches et cyprinidés à l’automne, ce qui garantit une population importante de poissons toute l’année. Ce plan d’empoissonnement est en rapport avec la vocation de pêche pour tous tendance carpodrome, ce qui garantit une importante quantité de poissons.

 

Alevinage en poissons blancs

 

  • Remerciements :

 

PLA remercie la commune de Pont d’Ain pour sa confiance, la Fédération de pêche pour son appui technique et les entreprises T. Chassagne et SAS YM Entreprises pour la qualité du travail réalisé.

 

PLA remercie également les partenaires financiers sans qui rien n’aurait été possible. Le plan de financement se répartit ainsi :

 

 

Plan de financement

 

Financeurs                                                      % d’aide                                                  Montants TTC

Région Auvergne Rhône Alpes                             80 %                                                                   56 911,20 €

Département de l’Ain                                             14 %                                                                     9 959,46 €

FNPF                                                                         3,5 %                                                                    2 489,87 €

PLA                                                                            2,5 %                                                                     1 178,48 €

Total                                                                         100 %                                                                   71 139,00 €

 

 

 

  • Conclusion :

 

Comme cela a été vu précédemment, si le site est désormais sécurisé et la pratique de la pêche ainsi que l’accueil du public amélioré, les travaux ont également permis la reconquête de la biodiversité sur ce site fortement artificialisé.

Les pêcheurs ont pu profiter du plan d’eau dès l’ouverture de la truite et une fréquentation en hausse a déjà été remarquée.

Il reste désormais à attendre la pousse de la végétation afin que le Trou Vogliano retrouve un aspect sauvage et à contrôler la repousse éventuelle de la Renouée du Japon.

Au vu du niveau de l’eau (3 mètres au-dessus de la côte estival) au moment de la réalisation des travaux, nous avons prévu une reprise du pied de berge durant le mois d’aout 2018. Ces travaux devraient durer quelques jours et ils permettront d’atteindre l’objectif du chantier.

 

 

Ouverture du mois de mars 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Non classéMarqué , ,

Ajouter un commentaire

Ce site utilise des cookies et peut récolter des informations personnelles : EN SAVOIR PLUS

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer